Le Progrès reprend nos arguments.

Le PPRM n’interdit pas la réalisation de la déviation »

Les riverains du Boulevard Fayol ont craint que le plan de prévention des risques miniers (PPRM) ne remette en question la création du boulevard urbain. Une information de la direction départementale des Territoires vient de lever le doute qui commençait à s’installer.

 

Depuis des années, les riverains du boulevard Fayol se battent pour la création du contournement. Photo archives Fabien HISBACQ

 

les riverains du quartier de Fayol verront-ils un jour la réalisation du boulevard urbain ? Tous réclament à cor et à cri cette infrastructure qui permettrait aux habitants de ne plus supporter le trafic de transit, qui pollue leur quotidien depuis des décennies.

Après plusieurs années d’atermoiements (lire encadré), les études juridiques de construction de cette nouvelle voirie dans le vallon de l’Echapre, relancées en avril, sont toujours en cours. Mais un (gros) grain de sable est venu chagriner l’association de Défense des riverains, lorsqu’elle a appris incidemment que le plan de prévention des Risques Miniers pouvait se mettre à travers la route du boulevard urbain. À cet effet, elle a interpellé les pouvoirs publics.

Marc Petit : « La mise en place du PPRM n’empêchera pas la création du boulevard urbain »

Le conseil départemental de la Loire s’est fendu d’une réponse sibylline. « L’ensemble des contraintes et des possibilités de réalisation de l’aménagement routier seront analysées et prises en compte », dixit Alain Laurendon, vice-président, chargé de la voirie.

Le conseil départemental de la Haute-Loire est plus catégorique : « Le boulevard urbain demeure une réalité, il est essentiel d’engager rapidement la réactualisation des études, ce qui permettrait également de s’assurer du soutien de la région », a précisé Jean-Pierre Marcon, le président altiligérien.

Sollicité à ce sujet, le maire de Firminy a fait savoir que « la mise en place du PPRM n’empêchera pas la création du boulevard urbain » ; Et d’indiquer : « si ce projet aboutit, il sera considéré comme projet d’utilité, ce qui permettra qu’il soit réglementairement autorisé par le PPRM, sans considération de sa qualification. Seules des études géotechniques devront être réalisées ».

« Le projet est bien impacté par des aléas miniers »

Les informations données par la direction départementale des Territoires, cellule risques, ont définitivement rassuré les adhérents de l’association.

« Le PPRM n’interdit pas la réalisation de ce projet d’infrastructure mais lui impose des prescriptions liées aux risques retranscrits dans le zonage du PPRM, tout en clarifiant le contexte juridique d’autorisation des projets ».

Dans sa réponse, la DDT confirme « que le périmètre d’étude connu de ce projet est bien impacté par des aléas miniers, comme je l’ai confirmé au conseil Départemental à la suite d’une consultation de mes services en mars 2016 ».

Le service de l’État précise aussi « que la déclaration d’utilité publique d’un projet d’infrastructure ne supprime en aucun cas le risque et de ce fait un PPR, lorsqu’il est opposable ».

Fin septembre, le président de Région a assuré l’association par courrier qu’il suivait ce dossier avec attention.

Christian Gil

 

Depuis sa création en 2009, l’association de défense des riverains du Boulevard Fayol, a toujours milité pour la réalisation de ce contournement. Elle pensait avoir touché au but dans les années 2010, avant que la déclaration d’utilité publique ne soit annulée pour un vice de procédure, par la cour administrative d’appel de Lyon, en avril 2012. Patatrac. L’association de défense a dû reprendre son bâton de pèlerin. Après cinq ans de tergiversations avec le conseil départemental, la situation s’est débloquée lorsque le conseil régional, en début d’année, a tapé du poing sur la table. L’exécutif a versé au dossier trois millions d’euros dont deux pour la Loire. Avec cette exigence : que les acteurs de ce qui est devenu un serpent de mer fassent des actions concrètes d’ici un délai de six mois, sinon la Région retirerait ses billes. Cet ultimatum a eu le mérite de faire avancer le dossier. En avril, le comité de suivi, réuni au siège départemental, a annoncé la relance et le financement des études juridiques et techniques d’une nouvelle voirie urbaine, dans la vallée de l’Echapre. Et des travaux de sécurisation, sur les boulevards Fayol à Firminy et Gaffard au Chambon-Feugerolles. Mi-juin 2017, l’association était informée par le conseil départemental que l’étude juridique devant préciser la faisabilité d’un aménagement de boulevard urbain dans le vallon de l’Echapre, au regard du Plan de Prévention des Risques Miniers (PPRM en projet), est en cours. Confiée à un cabinet d’avocats spécialisé, elle devrait donner ses conclusions cet automne. L’arrivée dans le dossier du PPRM, un dispositif qui n’avait jamais été évoqué jusqu’alors, a interpellé les membres de l’association. Depuis, ces derniers ont remué ciel et terre pour savoir si ce PPRM serait une énième entrave à la réalisation de ce contournement.

 

Mardi 3 octobre 2017

  • Nom du fichier : Le progres 03 10 2017
  • Taille : 118.24 Ko

Le progres 03 10 2017 Télécharger

5 votes. Moyenne 4.80 sur 5.

Commentaires (1)

1. Les affolés du bocal 03/10/2017

Et pan sur le bec

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 03/10/2017